PREPARATION D'UNE SORTIE

Fabien DARNE - TRITONS & Frédéric GENNERAT - VULCAIN

 

Nous avons pu constater que certains oublis durant la préparation des sorties aboutissaient à de multiples déboires le jour J. Les quelques conseils qui suivent sont destinés à tous ceux qui estiment ne pas être infaillibles.

I. PREPARATION DE L'HOMME

 

1/ RYTHME BIOLOGIQUE: afin de tenir la route sous terre, les enchaînements apéro / dansing / -1000 sont à éviter. Il conviendra de respecter dès la veille au moins, les horaires de sommeil et si possible ceux des repas.

2/ ALIMENTATION: (Cf physiologie sportive) Ce n'est pas au bord du trou que l'on fera le plein de calories utiles pour l'exploration. Le chef vous propose :

Jour J-1 / repas du soir :

- Glucides: (sucres à assimilation lente) féculents, riz, pâtes, pommes de terre, haricots,...

- Protides: Une ration de viande blanche de préférence (volaille,...). Attention à l'excès de viande rouge (problèmes de crampes possibles)

- Lipides: nécessaires au rendement énergétique des glucides, mais sans excès.

Vitamines et sels minéraux: fruits, légumes verts et secs mais d'une manière générale présents dans tous les aliments évoqués ci-dessus.

- Ration hydrique: Tout repas consistant apporte son énergie mais aussi ses déchets (acide lactique, urée). La plupart des toxines sont traitées par les rognons. Comme ceux-ci fonctionnent à l'eau, il faut boire beaucoup et uriner presque autant !

Jour J / petit déjeuner :

- Glucides: sucres à assimilation lente + sucres rapides...

*Sucres lents: Céréales (pain, viennoiserie en général, riz au lait)

*Sucres rapides: saccharose (sucre en morceaux) dans le café ou le chocolat, jus d'orange, confiture, miel, compote...

- Protides: pas nécessaires à ce moment précis, mais pas interdits (omelette)

- Lipides: Produits laitiers (lait, beurre, yaourt, fromage) à volonté

- Vitamines et sels minéraux: contenus en quantité suffisante dans ces aliments

- Ration hydrique: boire encore et uriner encore

Jour J / sous terre :

En résumé, sucres lents + sucres rapides

- Aliments divers DIGESTES et chauds: soupes, thé, café.

- Avant un effort violent (passage étroit, remontée de grand puits) ou pour prévenir un "coup de barre": une barre de chocolat ou céréale sucrée est la bienvenue.

Beaucoup d'entre nous ne peuvent s'empêcher de trimbaler sous terre le traditionnel saucisson et le gros rouge qui tâche. L'apport bénéfique de ce cocktail est à rechercher du côté du confort moral (qui nest pas à négliger) plutôt que du côté diététique.

On évitera les gros repas, car ils consomment de l'énergie pour leur digestion et un "coup de barre" est même possible.

- Ration hydrique : boire souvent par PETITES GORGEES de leau NON GLACEE et si possible LEGEREMENT SALEE (toutes les heures au moins) et toujours uriner en conséquence (ne pas se retenir).

II. PREPARATION DU MATOS COLLECTIF

 

1/ RECHERCHE DE LA CAVITE, ELEMENTS UTILES

* Ne pas oublier la carte ou un croquis d'accès, la fiche d'équipement et au besoin (cavité labyrinthique) un plan du trou.

* Boussole et altimètre pour les cavités sur lapiaz dénudé ou enneigé et par temps de brouillard prévisible.

* Contacter le club ou l'organisme travaillant sur le massif et s'informer des caractéristiques particulières (risques de crues, existence et qualité de l'équipement en place, eau potable) afin de respecter les travaux du club.

* Proposer éventuellement une sortie utile : sortir du matériel, rééquiper certains passages de la cavité ou déséquiper...

* Se renseigner sur la METEO la veille ET le jour même.

* Savoir annuler, modifier ou transférer la sortie en cas de risque de crue.

* Prévenir une personne de confiance de la destination précise et d'un horaire envisageable de retour.

* Informer cette personne de la procédure à suivre en cas de retard important : appeler l'un des C.T. (Conseiller Technique) locaux ou à défaut celui de votre département (valable en France).

 

2/ PREPARATION DES KITS

* La préparation des kits doit si possible être réalisée par tous les membres de l'équipe de sortie. Ainsi, on a moins de surprises dans le contenu des sacs.

* nud en huit ou équivalent a au moins 1,50 m du bout de la corde. Le nud est fait à la confection des kits et non à l'équipement.

* Les fiches d'équipements, même publiées, ne sont pas exemptes d'erreurs et de plus, une même verticale peut souvent être équipée de plusieurs façons, donc :

- prévoir plusieurs amarrages supplémentaires et en particulier des anneaux de corde et sangles (au moins 10 de plus)

- prévoir une pochette à spits AVEC DES SPITS ET CONES DEDANS (un tamponnoir seul ne suffit pas !)

- être large au niveau des longueurs de cordes

- prévoir une gamme d'amarrages variés. L'équipement sur spit ou AN ne se résume pas à deux types de plaquettes. Il existe aussi :

  • plaquettes vrillées
  • plaquettes coudées
  • clowns
  • anneaux asymétriques
  • pitons
  • coinceurs
  • anneaux de corde
  • anneaux de sangle
  •  

    prévoir de la cordelette pour les déviations. Cela permet souvent d'éviter de planter un spit en râlant sur le mauvais équipement de la cavité.

    * remplir les kits en partant du fond et numéroter les sacs : 4/4, 3/4, 2/4, 1/4

    * compléter la fiche d'équipement qui descendra avec les n des kits correspondant

    * affubler le kit nourriture du dernier numéro (afin d'éviter de l'abandonner au bas du premier puits). Sinon, répartir nourriture, eau et carbure dans tous les kits.

    * au-dessus de chaque kit, en plus du n, placer une feuille de papier ou figurera le contenu du kit. Ce petit plus rend bien des services (Sic).

    * si possible pour les grosses explorations, ou pour les bivouacs, prévoir dans le kit nourriture une petite pharmacie dans un Tupperware©, comprenant :

    TROUSSE DE SECOURS

    - DOLIPRANE comprimés (maux de tête)

    - NIFLURIL gel et comprimés (douleurs musculaires et foulures)

    - IMODIUM comprimés ou LACTEOL comprimés (parce que l'eau souterraine n'est pas toujours bien tolérée par nos petits boyaux)

    - PANSEMENTS de diverses tailles (petites plaies)

    - BETADINE gel ET solution (jaune) (désinfectant; on nettoie la plaie avec la solution et on utilise le gel sous pansement, on en perd moins; utile aussi pour les brûlures et les échauffements)

    - ELASTOPLASTE (entorses)

    - GAZE (avec l'élastoplaste© pour les plaies importantes)

    - CORAMINE GLUCOSE ET VITAMINES (pour les coups de barres, les états hypoglycémiques et hypothermiques)

    III. PREPARATION DU MATERIEL PERSONNEL

     

    * Le sac doit être prêt la veille. Si il est sensé l'être depuis un mois, il est fortement conseillé de le vérifier, sous peine d'appliquer les techniques de réchappe dès le premier puits voire de gâcher la sortie (Sic). Vérifier l'état du matos avant chaque sortie, surtout le cuissard et les longes, organes plus exposés à l'eau, l'abrasion, les frottements.

    * si les longes doivent être changées, bien serrer les nuds et ne pas hésiter à se pendre dessus pour éviter qu'elles ne s'allongent de 5 à 10 centimètres au premier fractionnement.

    * vérifier la calebonde (joints, pointeaux) et le bloc bec / piézo / frontale électrique.

    * changer la pile et (ou) chargement d'une pile supplémentaire dans le casque ou la combinaison.

    * prévoir un mousqueton supplémentaire pour longe de kit

    * vérifier la présence de :

    Obligatoirement: Eventuellement:

    Eventuellement :

    - une petite cordelette (noeud autobloquant)

    - un petit tuyau (pour boire dans les vasques)

    - un crayon et du papier (utile pour noter des remarques ou faire le bilan dun blessé)

    - une chaufferette

    - lautocollant SSF (les n des CT)

    - une couverture de survie

     

     

    * prévoir un jeu de vêtements adaptés au type de cavité :

    Sous combinaison

    En rhovyl ou en fibre polaire ?

    combinaison

    Texair ou non imper ?

    chaussons

    En fibre polaire ou en Néoprène ?

    cagoule

    En coton ou en soie ?

     

    * FERMER LE SAC COMPLET ET NE PLUS LE TOUCHER !