Aller au contenu


Scialet Abel – Réseau des Chuats – Drôme – Massif du Vercors (samedi 28 mars)

Participants Tritons : Cécile Pacaut, Charles Buttin, Laurence Tanguille, Christophe Tscherter, Ludo Nicoli, Bertrand Houdeau, Alex Pont

Participant SGCAF : Adrien Ragiot

T.P.S.T. : 9H pour Adrien , Charles et moi.

photo Christophe Tscherter

Après un café au Séchoir à Noix de François Landry, nous voilà partis pour une marche d’approche ensoleillée raquettes aux pieds. Recherche des spits sous la neige pour équiper le puits d’entrée… heureusement que certains connaissent la configuration de l’entrée pour prendre les précautions d’usage : une énorme corniche recouvre le puits d’entrée !!!

Descente au fond avec une visite intermède d’une salle perchée, visite du siphon aval pour prise de contact avec la rivière d’or et 1ère série de photo pour Christophe.

photo Christophe Tscherter

Pic nic en bas des puits avant de reprendre les séances photos en direction de l’amont, bien plus beau que l’aval. Déjà congelés à l’issue du pic nic par le courant d’air bien froid qui balaye la galerie (tous les siphons étant amorcés, ça zeph dur), Laurence ayant déjà abandonné l’espoir de se réchauffer dès la 1ère pose photo, rapidement plus personne n’est volontaire pour servir ni de modèle ni de porte flash dans la rivière d’or qui mérite pourtant de nombreux shoots… Je me retrouve à l’arrière avec Christophe et nous décidons de poursuivre la balade pour rattraper les autres. Le froid, les passages de boue mouvante et engloutissante, les mains courantes auront progressivement raison de l’ensemble des Tritons non isérois qui remontent en 2 groupes.

Nous continuons Adrien Charles et moi en direction du fond. Les mains courantes « athlétiques » ne nous font pas peur, le parcours est plutôt ludique si on oublie les passages style galerie de la boue où il vaut mieux avoir un ami de confiance pas trop loin pour vous sortir d’un mauvais pas. La récompense est vite là : la galerie de la revanche s’offre à nous, 40m de haut, superbe miroir de faille au dessus d’un lac vert… Nous poursuivons jusqu’au siphon, prenons la corde pour tenter le shunt, mais à part du courant d’air de partout et quelques magnifiques cristaux jaunes, nous ne trouvons pas de passage évident et officialisé. Afin de ne pas faire trop attendre le reste de l’équipe et les ravioles de François, nous renonçons à la très tentante recherche du shunt (il y a de quoi fouiller…) pour rejoindre la base des puits en 1h et ressortir 2h30 plus tard, au cul de Christophe, Laurence et Alex. Ces derniers, bien mouillés et congelés dans le début de brouillard bien venteux, ne demandent pas leur reste pour filer aux voitures…

Ca pisse en effet un max en bas du puits d’entrée, fonte des neiges… Le temps de déséquiper, nous optons pour un retour sans raquettes en suivant les traces de nos prédécesseurs… qui finissent par nous troubler. Moultes traces de raquettes, léger brouillard, sens de l’orientation collectif pas toujours en accord, nous mettrons 45mn pour retourner aux voitures en passant au dessus des fleurs blanches au lieu des 20mn syndicales. A l’arrivée, nous ne rencontrons que la voiture de Christophe… que nous voyons arriver 1h30 après son départ du trou, ayant tenté de perdre la présidente sur Font d’Urle  en hivernal by night (rappelons que le nom de Font d’Urle vient bien du vent qui hurle…), sans succès grâce à super Alex qui a fini par sortir son GPS ; GPS qui finira par les mener à la voiture après les avoir fait tourner en rond !!!

Bref, pointer la voiture sur Font d’Urle est un must qui ne se dément pas…

La cheminée du Séchoir à Noix et un bon repas roboratif n’aideront pas tout le monde à oublier les misères vertaco… et Laurence en aura pour une bonne semaine pour se débarrasser de ses débuts de gelures !

CR: Cécile Pacaut

Publié dans classique, photo. Tagué avec , .

0 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.